> éducation physique et sportive
Délégation Académique à l'Action Sportive (DAAS)
Accueil
L'Inspection Pédagogique
Ressources
Les programmes
Les examens
Délégation Académique à l'Action Sportive...
La formation
Textes de référence
Sites utiles

Cours le matin, sport l'après-midi

Le cadre réglementaire

La circulaire n° 2010-038 du 16 mars 2010 de préparation de la rentrée recommande de développer les expériences d'aménagement du temps scolaire qui permettent de dégager quotidiennement d'importantes plages de pratique sportive. À cette fin, le ministère lance pour la rentrée 2010 un appel d'offre national sur l'aménagement du rythme scolaire autour de la pratique sportive.

 

1. Objectifs éducatifs

1.1 Aménager le rythme scolaire pour la réussite des élèves

Nombre de familles, d'enfants et d'adolescents sont demandeurs d'une offre plus large d'activités physiques et sportives à l'École. Une meilleure prise en compte de la pratique sportive dans les rythmes scolaires peut permettre aux élèves de mieux vivre leur scolarité, d'accroître leur motivation et leur épanouissement et contribuer ainsi à leur réussite scolaire. Elle permet d'améliorer le climat des établissements et d'endiguer les phénomènes de violence à l'école.

Cet appel d'offre vise à encourager l'expérimentation de nouveaux aménagements du temps scolaire, en privilégiant la pratique d'activités sportives l'après-midi. Ces organisations nouvelles pourront optimiser et compléter harmonieusement des dispositifs existants (volet sportif de l'accompagnement éducatif, sections sportives scolaires, options facultatives d'EPS, enseignements d'exploration au lycée).

 

1.2 Adapter une politique de santé aux besoins des élèves

Une pratique sportive régulière contribue à l'amélioration du bien-être et de la santé des élèves. Accompagnée d'une éducation nutritionnelle, elle participe à la prévention des risques liés à la sédentarité, comme le surpoids et l'obésité. Il s'agit, par ailleurs, d'encourager une réflexion partagée sur l'organisation de la journée, et de sensibiliser les élèves et les familles à l'importance des rythmes de vie et de l'équilibre entre les temps d'étude, d'activités sportives ou culturelles, et de repos.

 

1.3 Valoriser les acquis des élèves

Les élèves impliqués dans ces nouvelles organisations du temps scolaire seront amenés à développer des connaissances et des compétences spécifiques dans des domaines variés : la santé, la préparation physique, la sécurité, la découverte, l'organisation et la gestion des activités sportives, la prévention et le secours civique, etc. Ces acquis, validés par les enseignants, doivent pouvoir être valorisés dans les livrets de compétences de l'élève et la note de vie scolaire, ou reconnus par une attestation scolaire dont l'élève pourra faire mention dans un curriculum vitae.

 

2. Principes directeurs de l'expérimentation

2.1 Favoriser le volontariat des établissements, des familles et des élèves

Proposer une organisation différente du temps scolaire requiert l'adhésion de toute l'équipe éducative d'un établissement, des familles et des élèves, sans oublier celle des collectivités territoriales partenaires. Cette expérimentation s'inscrit dans le projet d'établissement.

2.2 Favoriser l'autonomie des établissements et encourager une adaptation pertinente aux spécificités locales

Pour faciliter l'expérimentation, le collège ou le lycée volontaire et retenu par les autorités académiques doit pouvoir bénéficier d'une grande marge de souplesse dans la mise en œuvre de son projet. Il s'agit de développer la pratique sportive sur les créneaux horaires de l'après-midi. Les contraintes d'occupation des installations sportives conduisent à travailler étroitement avec les collectivités territoriales, les établissements scolaires avoisinants, ainsi qu'à tisser des liens avec le monde sportif local et éventuellement les entreprises. L'expertise de l'association sportive de l'EPLE sera un point d'appui important.

Cette expérimentation peut tout à fait s'intégrer dans le cadre de l'application de l'article <abbr title="Législatif" lang="fr">L.</abbr> 401-1 du code de l'Éducation relatif aux expérimentations pédagogiques, proposé dans l'article 34 de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005. Dans cette perspective, les équipes peuvent se rapprocher des services en charge du suivi des innovations et expérimentations de leur académie.

Par ailleurs, des activités artistiques et culturelles peuvent également être envisagées en complément et en cohérence avec les activités sportives retenues.

 

2.3 Une expérimentation sur trois ans

Les effets d'un nouvel aménagement du rythme scolaire ne peuvent être évalués que sur plusieurs années. Les établissements volontaires s'engagent dès lors à mener cette expérimentation sur une durée de trois années scolaires à compter de la rentrée 2010, sauf s'ils sont confrontés à des difficultés particulières clairement identifiées.

 

 

Le Constat dans l'académie

Diaporama de présentation

1. Les constats positifs communément partagés

L’expérimentation a permis sans réserve dans tous les cas :

  • un questionnement des équipes sur les rythmes scolaires, les emplois du temps, la constitution des équipes, le travail interdisciplinaire,
  • l’amélioration des relations entre les élèves de la classe,
  • l’amélioration des relations garçons-filles dans la classe,
  • l’amélioration des relations entre adultes et élèves de la classe, une plus grande motivation scolaire.


L’expérimentation a permis de façon plus nuancée mais significative :

    • un meilleur respect du cadre de vie, 
    • l’amélioration de la ponctualité,
    • une plus grande prise de responsabilités de la part des élèves.

     

    L’expérimentation a permis de façon contrastée et moins significative :

    • une meilleure réussite de l’ensemble des élèves,
    • une meilleure réussite des élèves en difficulté,
    • une baisse de l’absentéisme,
    • une baisse des sanctions.

     

    le rapport choix des classes/faisabilité.

    2. Les déterminants des plus-values de l’expérimentation

    • l’appropriation du dispositif par les équipes et leur mobilisation,

    • l’articulation du dispositif au projet d’établissement,

    • la communication autour du dispositif,

    • la mobilisation de ressources et de partenariats locaux de qualité et parfaitement coordonnés,

    • la coordination et le suivi du dispositif,
    • le rapport choix des classes/faisabilité.

    page2image5200 

    En conclusion, ce dispositif expérimental collectif n’a pas fait ses preuves sur le terrain de la performance scolaire. Les plusvalues significatives ont toutes à voir avec le climat scolaire, notamment sous l’angle de l’amélioration du climat relationnel et du sentiment d’affiliation des élèves à leur collège.

    Pour aller plus loins’appuyer sur les grandes lignes de ce dispositif pour une ou deux classes cibles par collège.
    Selon quelles modalités ?
    En 6
    ème, les élèves bénéficiant d’un PPRE Passerelle pour des difficultés liées à l’apprentissage, pourraient être regroupés dans une ou deux classes, par ailleurs constituées en veillant aux équilibres de mixité scolaire, sociale, comportementale et garçons / filles.

    Parce que le dispositif a une influence positive réelle sur le climat scolaire, il pourrait servir l’objectif de permettre à ces jeunes élèves fragilisés, de renouer confiance avec l’institution scolaire et ses acteurs, de restaurer l’estime d’eux-mêmes qu’ils ont pu perdre et de prévenir une rupture irrémédiable à l’entrée en 6ème.

    Ce travail implique une réelle volonté des acteurs de faire de ce dispositif un axe fort du projet d’établissement, de constituer sur cette base une équipe pédagogique volontaire qui soit à même d’envisager son enseignement de façon différenciée, dans une logique d’appropriation de compétences et de sécurisation des parcours des élèves.

    La répartition des différents temps scolaires pourrait être pensée selon un équilibre hebdomadaire inspiré de « cours le matin... » : le matin pourrait être réservé aux disciplines dites fondamentales et l’après-midi pourrait être réservée à des pratiques sportives, culturelles, artistiques, mais également à des temps de méthodologie de travail, de coopération, régulation et échanges entre les élèves et d’accueil des parents.
    Cette classe pourrait être la synthèse de différents dispositifs existants, dont on exploiterait les effets positifs de chacun (PPRE Passerelle, accompagnement éducatif, école ouverte,
    expérimentation cours le matin, sport l’après- midi, mallette des parents...). 

    MEN
    accédez à  votre espace